Les stress multiples et leurs effets sur les poissons d’eau douce

A) Le Goujon occitan (Gobio occitaniae) est un poisson benthique très répandu dans les rivières du sud-ouest de la France. B) Exemples de deux sites d’étude (parmi les 16 étudiés) peu contaminé (à gauche) et très contaminé (à droite) aux métaux lourds. C) La contamination en éléments traces métalliques dans les rivières entrainait une cascade de réponses physiologique aboutissant à des lésions du foie des goujons (flèches noires). De plus, les effets délétères de la contamination en éléments traces métalliques sur la croissance des poissons étaient amplifiés par l’augmentation de la température (stress multiples: flèche rouge).

Les cours d’eau font partie des écosystèmes les plus impactés par les changements globaux. Les poissons d’eau douce font ainsi face à de nombreux facteurs de stress d’origine anthropique tels que la contamination et le réchauffement de l’eau, qui s’ajoutent aux facteurs de stress d’origine naturelle tels que les parasites. Bien que les effets de chacun de ces facteurs de stress isolés soient relativement bien connus, leurs effets combinés sur les populations de poissons sauvages restent flous. Une étude publiée dans Science of the Total Environment et impliquant le Laboratoire Ecologie Fonctionnelle et Environnement et le laboratoire Evolution et Diversité Biologique de Toulouse montrent que les stress multiples peuvent être à l’origine de cascades de réponses physiologiques débouchant sur des effets inattendus.

Une étude transversale a été menée sur 16 populations de Goujons occitans (Gobio occitaniae, Fig. A) prélevés le long de gradients de contamination en éléments traces métalliques, de température et de pression parasitaire (e.g., Fig. B). Les résultats indiquent que la contamination de l’eau par les éléments traces métalliques issus des activités industrielles et agricoles, avait des effets délétères sur le foie des poissons, organe essentiel aux fonctions de détoxification des polluants. En effet, l’accumulation des polluants dans les tissus des poissons déclenchait une réponse inflammatoire importante, provoquant des lésions sévères au niveau des cellules du foie. De plus, la combinaison entre la contamination en éléments traces métalliques et la hausse des températures de l’eau ralentissait la croissance des poissons durant leurs premières années de vie (Fig. C). 

Cette étude montre donc qu’il est essentiel de prendre en compte la contamination en éléments traces métalliques, et ses combinaisons avec d’autres stress environnementaux afin de mieux comprendre et anticiper les effets des changements globaux sur les populations de poissons. 

Petitjean, Q., Jean, S., Côte, J., Larcher, T., Angelier, F., Ribout, C., Perrault, A., Laffaille, P., Jacquin, L., 2020. Direct and indirect effects of multiple environmental stressors on fish health in human-altered rivers. Sci. Total Environ. 140657. https://doi.org/10.1016/j.scitotenv.2020.140657

Lire l’article sur le site de la revue

Plus d'actualités

Actualité scientifique

Rapprochement scientifique avec la Norvège

Sophia V. Hansson a obtenu un financement du  Programme Åsgard  afin de développer une collaboration avec le Norwegian Polar Institute sur le thème de « Temporal and spatial variation in multi-element […]

08.04.2021

Actualité scientifique

EcoSensor « Primé »

Le projet EcoSensor « Déploiement de capteurs environnementaux connectés,autonomes et reconfigurables pour l’étude intégrée des écosystèmes” parmi les lauréats de l’AAP Prime 2021. Cet appel promeut des «projets de recherche interdisciplinaires […]

01.04.2021

Actualité scientifique

Décomposition des litières dans les écosystèmes aquatiques : une expérience à l’échelle mondiale

Une expérience mondiale conduite par plus de 40 équipes (dont le Laboratoire écologie fonctionnelle et environnement) et publiée dans Sciences Advances démontre l’importance de la diversité de la végétation riveraine […]

29.03.2021

Rechercher