La lagune de Lomé au Togo fortement impactée par les activités anthropiques

Au Sud-Ouest du Togo, la lagune de Lomé, constituée de trois lacs (Lac Ouest, Lac Est et le Lac Bè) bordant le Golfe de Guinée est située en plein cœur de l’agglomération de Lomé (près de 1,5 millions d’habitants). Cette lagune est fortement impactée par diverses activités anthropiques alors qu’elle représente une ressource halieutique importante pour les populations urbaines. Les eaux de cette lagune sont saumâtres car fortement influencées par des échanges, via des canaux, avec les eaux de mer du Golfe de Guinée. Les sédiments de cette lagune sont le réceptacle de tous les contaminants issus des rejets anthropiques et des retombées atmosphériques de l’agglomération de Lomé. Malheureusement, on connaissait très peu de choses sur l’état chimique et écologique de ces milieux aquatiques. C’est pourquoi, le Laboratoire Ecologie fonctionnelle et Environnement en collaboration avec le Laboratoire Gestion Traitement et Valorisation des Déchets de l’Université de Lomé ont lancé pour la première fois en 2016 des recherches sur l’état biogéochimique (eaux et sédiments) et écotoxicologique (poissons) de cette lagune. Ces recherches se sont déroulées dans le cadre de la thèse de doctorat de Théo Badassan, thèse en co-tutelle entre l’Université de Lomé et Toulouse INP et avec le soutien du Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France à Lomé et des ressources propres CNRS du Laboratoire Ecologie fonctionnelle et Environnement.

Les premiers résultats obtenus sur la qualité des sédiments de cette lagune viennent d’être publiés dans la revue Internationale WATER. Ceux obtenus sur l’impact écotoxicologique sur les poissons sont en cours de publication. Les résultats présentés dans WATER concernent les contaminants inorganiques (éléments traces métalliques, ETM et terres rares, TR) dans les sédiments de cette lagune. Ces sédiments ont été échantillonnés sur trois sites dans chacun des trois lacs, durant deux campagnes de prélèvement (hautes eaux et basses eaux). 

Les distributions des TR, contaminants émergents, dans les sédiments de ces trois lacs présentent des fractionnements entre les TR légères (du lanthane au samarium) et lourdes (de l’europium au luthécium) avec des enrichissements en TR légères, notamment en périodes de basses eaux, accompagnés d’anomalies positives en europium et en cérium. Ces fractionnements et ces anomalies sont étroitement contrôlés par la microgranulométrie des sédiments et par les teneurs en oxydes de fer et d’aluminium.

Les teneurs en ETM sont relativement importantes pour l’arsenic, le cadmium, le molybdène, le plomb, l’antimoine, l’étain et le zinc dans les sédiments des trois lacs de la lagune. Après normalisation de ces teneurs à un sédiment régional non contaminé, ces sédiments montrent des niveaux d’enrichissement significatifs (5 à 20 fois supérieurs au fond géochimique naturel régional). De plus, pour certains de ces ETM enrichis, les phases labiles (biodisponibles) sont relativement importantes, allant de 30% de la concentration totale dans les sédiments pour Zn à 40% pour Pb et jusqu’à 55% pour Cd, représentant un risque important pour la santé de l’écosystème aquatique. De plus, les teneurs en ETM enrichis sont supérieures aux teneurs recommandées pour une bonne qualité des sédiments (Sediment Quality Guidelines, SQG). Enfin, la prise en compte des niveaux de concentrations induisant des effets toxiques probables sur les organismes benthiques, permet de hiérarchiser les priorités pour la gestion de ces contaminations. Ainsi pour le Lac Est et le Lac Ouest, les priorités sont très élevées pour Pb et Zn, moyennement élevées pour Cr et Ni et faibles pour les autres ETM. En revanche pour le Lac Bè, moins contaminé, les priorités sont moyennes pour Cr, Ni, Pb et Zn à faibles pour les autres ETM.

Référence de l’article: Badassan, T. .-E.; Avumadi, A.M.D.; Ouro-Sama, K.; Gnandi, K.; Jean-Dupuy, S.; Probst, J.-L. 2020. Geochemical Composition of the Lomé Lagoon Sediments, Togo: Seasonal and Spatial Variations of Major, Trace and Rare Earth Element Concentrations. Water12, 3026.

Télécharger l’article sur le site de la revue

Contact en France jean-luc.probst@toulouse-inp.fr

Contact au Togo :  badassan13@gmail.com

Plus d'actualités

Actualité scientifique

Les poissons amphihalins avancent leurs dates de migration au fil des décennies

Les poissons amphihalins (ex. anguille, alose, lamproie, saumon, truite de mer) vivent alternativement en eau douce et en eau salée pour accomplir leur cycle de vie. Ces espèces sont en […]

19.11.2020

Actualité scientifique

Dynamique mondiale des flux journaliers de carbone organique dissous des bassins versants vers les océans

Les grands bassins versants de la planète constituent un système clé dans les transferts de carbone organique vers les océans car ils régissent l’activité biologique des écosystèmes estuariens, côtiers et […]

Actualité scientifique

Le laboratoire Ecologie fonctionnelle et environnement finance 4 stages de Master 2

Dans le cadre de sa politique d’animation scientifique au sein des équipes et d’identification de futur candidats à des bourses de thèse, notre laboratoire propose quatre nouveaux stages de Master […]

13.11.2020

Rechercher